"on veut être un autre Silicon Valley!"; eh bien.

22 08 2012

no offense intended to any geek friend of mine...Construire et créer Silicon Valley a pris 30 ans. Bangalore, 100.

J.R.N. Tata (de la multinationale depuis bien connue, Tata) et le Maharaja Mysore ont convenu ensemble sur un paquebot en 1893 que la science serait le chemin qui mènerait à la modernisation de l’Inde. Le résultat des leurs efforts (et argent) combinés fut le Indian Institute of Science (IISc) qui est encore une des plus importants centre d’enseignement en science et technologie au monde. Après la deuxième guerre mondiale, le gouvernement indien a installé son programme de sciences nucléaires et ensuite son programme spatial dans la meme région.

Fast forward aux années ’80: plusieurs entreprises émergeaient là-bas, dont Infosys, la deuxième plus grande entreprise exportatrice de services TI en Inde. Ca roulait, c’était super. Mais curieusement, Bangalore trainait derrière Silicon Valley. Quand est-ce que ca a débloqué? Dans les années ’90,lorsque le gouvernement indien a décidé de s’éloigner du régime qui avait freiné la croissance des entreprises avec sa "license raj". Dès que ces mesures punitives gouvernementales ont été balayées et que les relations entre les instances gouvernementales et le secteur privé se sont mises à fleurir, l’entrepreneurship indien a atteint une masse critique.

L’histoire de Bangalore n’est pas unique. le meme scénario s’est produit à Shanghai hightech center, Boston route 128, la Digital Media City de Seoul et le corridor biotech à Washington.

Ernest J. Wilson III a étudié depuis les 15 dernieres années les "clusters" d’innovation à travers le monde. Il est maintenant titulaire de la chaire Walter Annenberg en communication et recteur de l’école de communication et journalisme à la University of Southern California. Il est d’ailleurs d’accord avec un grand principe énoncé par Michael Porter  dans son livre "The Competitive Advantage of Nations" soit: la collaboration entre le secteur public et privé est l’ingrédient le plus visible et important du succès des clusters d’innovation.

Dans un récent article publié par Strategy & Business, Ernest J. Wilson III expliquait ce qu’il croit être les 4 bases d’un écosysteme (aaahh buzzword alert! mais je pense que c’est la meilleure facon de traduire "cluster" non?) innovant qui fonctionne. Un "Silicon Valley" par manque d’autre comparaison. Je vous les donne ici:

  • Agences et organismes gouvernementaux (oui-oui!)
  • Universités
  • NGO’s (non-governmental organizations) donc OBNL non gouvernementaux
  • Entreprises privées

Hein? Avez-vous vu la première? En fait, oui, c’est nécessaire. On a besoin d’organismes gouvernementaux qui soutiennent l’innovation, la création d’entreprise, le transfert techno, alouette. On élit des gens, on a un système d’imposition qui sert à cela. Ca en prend qui n’ont pas peur de faire avancer les choses par contre. Si des règles stupides et des freins sont systématiquement instaurés, ca nuit. Ca freine. Ca appauvrit. Ca me fait d’ailleurs penser à l’article du blog de Steph Guerin sur une règle du genre.

Mais les agences gouvernementales sont une seule partie de l’équation. Elles fournissent les infrastructures nécessaires, les politiques d’encouragement à l’entrepreneuriat (la stratégie québécoise de l’entrepreneuriat est un exemple mais mettons qu’on rêve un peu, le SBI des USA ou un programme de type "régime d’accès à l’entreprise" comme le RAP pour la maison ca serait super non?)

Les Universités fournissent les gens qualifiés et un bassin de culture inhérent aux régions innovantes du monde. Mais (ouf, j’ose le dire?) la collaboration ouverte avec le secteur privé est un incontournable ici aussi. Les NGO’s sont particulièrement importants comme joueurs dans les pays en développement. Par exemple, au Brésil, le premier fournisseur Internet fut un OBNL appelé Ibase. Finalement, le secteur privé est le moteur économique. Mais ca prend des leaders de ces entreprises impliqués et qui redonnent. C’est pas tout le monde qui peut et qui veut le faire.

Au Québec, on est rendus où, selon vous?

*source Strategy&Business Spring 2012

About these ads

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 90 followers

%d bloggers like this: